Vote du Budget du Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement : 51% des actions détenues par les nationaux, absolument pas une nouveauté

Mansour Faye a passé, le lundi 26 novembre son oral devant la représentation nationale pour le vote du budget 2019 du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Le budget de son département connait une légère hausse passant de 105 218 041 680 Fcfa à 106 886 183 736 FCFA soit 1,59% en valeur relative. L’occasion pour lui de faire état des projets phares à savoir KMS3 (274 milliards FCFA) et l’usine de dessalement des eaux (137milliards FCFA). La concession, plus que controversée de la fourniture d’eau au groupe français Suez, continue de faire jaser nonobstant les propos du ministre faisant état de la part réservée au privé national, soit 55%.

Pourrait-on parler d’un retour de souveraineté avec la prise de participation des nationaux avec 55% des actions réparties entre l’Etat, le personnel et le secteur privé national. Les assurances formulées n’ont pas suffi malgré les assurances du ministre Mansour Faye sur le maintien des emplois mais aussi sur la situation du directeur général qui restera un agent de la nouvelle entité. De la phase de pré qualification au dépôt des offres techniques, Suez a raflé la mise au nez et à la barbe de la Sde qui, faut-il le rappeler, n’a pas bénéficié du droit de préemption. Veolia et la Sde, les grands perdants dans cet appel d’offres, ont déposé des recours gracieux auprès du Ministère de l’Hydraulique sans suite. L’autre argument à faire valoir reste le recours contentieux auprès de l’Armp. In fine, Mansour Faye annoncera dans la foulée la baisse du prix de l’eau au Sénégal.

Relativement à l’assainissement, le problème de Touba est revenu dans les débats. L’assainissement pour les eaux pluviales se fait actuellement dans la cité religieuse. Celui pour les eaux usées restant difficile tant que l’eau n’est pas payée à Touba.

Plus de 108 000 latrines seront installées dans les 2 ans à venir.

Enfin, interpellé sur la récurrence des houles à Saint Louis, Mansour Faye a annoncé la construction de digues de protection dont 1,5 kms déjà réalisées sur la Langue de Barbarie. Les impactés par cette mesure seront déplacés, a-t-il conclu.

Senegalinter.com / Ibrahima Diop

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de