Robert Sagna : “La guerre est finie mais la paix reste à construire en Casamance”

«Ce n’est pas seulement parce que les armes se taisent que la guerre est finie.» ces propos de Robert Sagna sont révélateurs des pas de géants notés dans le processus de paix en Casamance.
Le président du Groupe de Réflexion pour la Paix en Casamance (GRPC), Robert Sagna, est on ne peut plus catégorique sur l’évolution du processus de paix en Casamance. Pour Robert Sagna «la guerre est finie mais la paix reste à construire», lâche le «Monsieur Casamance» qui, en marge de la cérémonie de remise de matériels offerts par la Première dame aux personnes handicapées de la région, a fait un diagnostic de l’évolution du processus.

«LE PROCESSUS DE RETOUR DES POPULATIONS EST PLUS EFFECTIF DANS LE NORD DE LA CASAMANCE QUE …»

Se prononçant sur le retour des populations dans leurs localités, l’ancien ministre d’Etat estime que le processus est beaucoup plus accéléré dans la partie nord de la région naturelle. «Je ne vous apprends rien en disant que dans la partie Nord de la Casamance, notamment dans le département de Bignona, le retour est plus effectif ; beaucoup de combattants ont regagné leurs villages», révèle l’ancien maire de Ziguinchor. Il précise que la réinsertion est en branle dans cette partie. «Vous ne le savez peut être pas, un important programme d’aide à la réinsertion est en cours. Déjà l’année dernière, vingt-et-une (21) personnes ont été réinsérées c’est-à-dire que des tôles ont été remises et une prime à ceux-là qui ont construit leurs cases pour leur permettre de poursuivre leur réinsertion. Nous avons une longue liste qui va se poursuivre après l’hivernage. Ceux qui ont reconstruit leurs cases seront encore accompagnés», martèle-t-il. Avant de relever ceci  : «dans la partie Nord, ce processus s’accélère et il va démarrer dans la partie Sud de la Casamance. Le retour dans leur village est une réalité», constate Robert Sagna qui parle d’une accalmie d’une manière générale qui règne en Casamance. En atteste, selon l’ancien ministre, la circulation en Casamance dans tous les sens qui est une réalité constatée tout comme la reprise des exploitations des champs et rizières dans un contexte de bonne pluviométrie.

«NOUS DEMANDONS A CEUX QUI PARLENT ET QUI NE SAVENT PAS DE DEMANDER ET DE S’INFORMER»

La délicatesse du dossier casamançais exige plus de discrétion. C’est l’avis du «patron» du GRPC qui lance ce message  : «nous demandons à ceux qui parlent et qui ne savent pas de demander et de s’informer ; c’est mieux. Nous demandons à ceux-là qui croient que rien ne se fait, que le président Macky Sall ne fait rien, qu’ils se trompent lourdement», déclare M. Sagna qui indique «que la paix est là ; elle se construit lentement, mais sûrement», lance-t-il. Avant de rassurer les récalcitrants au retour des populations dans la zone de Mbissine : «il y a des zones où ça a été plus délicat, compte tenu de la proximité des camps des rebelles, de leur proximité avec les villages. Mais on les rassure que l’Armée n’est pas là pour faire la guerre. L’Armée est là pour faire la paix», insiste le président du GRPC qui reste confiant sur l’accélération du processus de retour des populations dans leurs villages. Un état des lieux du processus de paix en Casamance fait par Robert Sagna qui remettait avant-hier, samedi, à Ziguinchor, un important lot de matériels roulant offert par la Première dame, Madame Marème Faye Sall aux personnes handicapées qui ont payé un lourd tribut du conflit en Casamance. Un matériel composé de chaises roulantes, de déambulateurs… qui permettront de soulager ces victimes de la crise casamançaise qui n’ont pas manqué d’apprécier la portée d’un tel don.

Sudonline

Share this:

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *