Pour une Assemblée de rupture et de qualité tant voulue, nous sommes tombés, malheureusement, sur celle de députés « gladiateurs » ?

On aurait pu dire parfaitement, aujourd’hui, honte à notre Assemblée nationale ! Non pas parce que nos députés débattent contradictoirement sur des questions à l’ordre du jour comme cela se fait naturellement et partout dans le monde et au sein des Assemblées où deux camps adverses s’affrontent démocratiquement. Et, en fait, c’est la raison de cette bagarre ridicule de chiffonniers qui nous pose problème. Parce que celle-ci n’a aucun rapport, nullement, avec les préoccupations essentielles des populations sénégalaises. Alors que ce sont elles que nos députés ont la mission de s’occuper et défendre. Autrement dit, cette bagarre à laquelle nos députés nous imposent d’assister, malgré nous, relève de conflits d’intérêt crypto personnel et bassement matériel entre eux. Oui, c’est l’unique prétexte de cette bataille pour privilèges. C’est donc une bagarre, bien loin des joutes pour faire avancer le pays et répondre à la demande sociale des Sénégalais. Franchement, j’ai envie de reprendre pour mon compte, à propos de notre Assemblée nationale, l’expression qui disait que : « les bandits ne se disputent et se battent qu’à l’heure du partage du butin ». Et, c’est bien le cas ici.

La preuve, n’avons-nous pas bien observé et remarqué que depuis l’installation de cette Assemblée nationale, nos députés, tous confondus, ne se sont point intéressés aux questions essentielles et sérieuses relatives aux préoccupations des populations telles que leur bien-être ou l’amélioration de leurs conditions sociales de vie ?

En outre, avons-nous entendu, une seule fois, nos députés faire le moindre bruit lorsqu’il s’agissait de leur attribuer de façon scandaleuse et injuste, tous ces nombreux privilèges sur le dos du contribuable sénégalais tels que : les luxueuses et rutilantes voitures 4×4 ; les terrains nus ; les sukëru koor ; les moutons de Tabaski ; les indemnités de logement ; les passeports diplomatiques en faveur de leurs nombreuses « épouses », etc. ? Tout cela, en sus de leurs salaires, dans une totale « discrétion » ou opacité du genre dessous de table. Est-ce que l’un quelconque d’entre eux s’est, une seule fois, offusqué ? Ou bien que l’un d’eux a eu à dénoncer le caractère frauduleux et injuste ou que ces avantages à eux accordés soient vraiment excessifs ? Ou alors, qu’ils aient jugé la mesure inconvenable au moment où les populations sénégalaises souffrent de leur mal vivre ?

Et, certains d’entre eux, pour justifier leurs privilèges scandaleux, ne trouvent, d’ailleurs, rien d’autre à dire que cet argument boiteux et ridicule selon lequel l’Assemblée nationale, disposant d’une autonomie financière, peut donc faire de son budget ce que bon lui semble. C’est comme qui dirait que l’institution pouvait trouver de l’argent ailleurs qui n’appartiendrait pas aux contribuables sénégalais.

Voilà pourquoi ces évènements, honteux dans leur essence, ressemblent pour moi à une scène de théâtre dont les acteurs ne sont autres que nos fameux députés. C’est une scène de théâtre affligeante et décevante de leur part. Surtout lorsqu’ils veulent, malgré tout, prendre les Sénégalais comme leurs arbitres alors qu’ils les ont profondément déçus sans le savoir. Alors qu’ils étaient considérés comme d’honorables personnes mais leur comportement indigne démontre tout le contraire.

C’est quand même grossier de la part de ces gens-là surtout lorsqu’ils essayent de faire le parallèle ou la comparaison entre cette situation, à savoir celle d’un parti incapable de régler ses conflits internes par rapport à celle du 23 juin 2011. C’est du culot d’avoir même osé parler d’un « 23 juin bis ». Nos députés auraient dû plutôt se bagarrer pour voter des lois justes et démocratiques qui feraient avancer le pays. Mais non, ils ont, malheureusement, opté, au contraire, pour la bataille des postes de sinécure et des privilèges à leur faveur. Il est indécent et triste pour un élu de se bagarrer au sein de l’hémicycle pour des avantages pécuniaires au détriment du reste du peuple!

A y regarder de plus près, c’est bien une parfaite conspiration entre députés de la majorité et de l’opposition donc une manigancée contre ceux qu’ils sont censés représentés, c’est-à-dire les Sénégalais.

Avons-nous, jusque-là, appris, une seule fois, un seul groupe de députés, par honnêteté intellectuelle, éthique ou devoir de mission parlementaire, s’élever contre toutes ces anomalies ? Ou alors, un groupe de parlementaires se dressait contre les manquements constatés et relevés depuis fort longtemps à l’Assemblée nationale ainsi que les privilèges exorbitants qui leur sont attribués, ou bien ceux attribués aux membres du gouvernement ? Jamais !

Pourquoi donc, lorsqu’il s’agit de bénéficier de privilèges ou jouir des délices du pouvoir, les députés gardent, par devers eux, le silence de mort complet pour que le peuple n’en sache rien ? Et, dans de pareils cas, nos élus conspirent et s’arrangent pour que rien ne s’ébruite de l’institution vers les populations. Ce n’est donc que lorsqu’il s’agit d’attribution de postes de sinécure dont le nombre ne peut suffire à tous que nos députés se chamaillent et se bagarrent à mort pour être parmi les bénéficiaires. Et souvent, ce sont les perdants qui, se sentant lésés dans le partage de « bouki », vendent la mèche, font du boucan et déclenchent les hostilités pour se faire entendre hors de l’hémicycle, d’abord. Et ensuite, ils portent l’information à la presse et, la rendent publique, par opportunisme pour bénéficier éventuellement de l’appui ou du soutien des populations. Mais, par contre, lorsque tout marche comme sur des roulettes entre eux généralement dans ce cas-là, c’est le peuple qui trinque et paie les pots cassés.

Donc, ce n’est que lorsque le torchon brûle entre eux, en particulier, hors de la période d’élections législatives, qu’ils cherchent et veulent que le peuple se range d’un côté ou de l’autre. Ce qui n’est pas acceptable ! D’ailleurs, le peuple, au regard de ce qu’il a constaté de visu, devrait bien prendre bonne note de tout cela en direction des élections à venir. A présent, le peuple sait ou devrait savoir, fort instruit par tout ce qui précède, qui faudrait-il envoyer réellement à l’Assemblée nationale, comme digne et authentique représentant du peuple à l’Assemblée nationale. A savoir de vrais honorables députés, pleins d’éthique, au service du peuple pour défendre ses intérêts bien compris. Mais non, des députés comme c’est le cas actuellement qui iront à l’Assemblée uniquement pour se sucrer sur le dos du peuple.

Ainsi, nous sommes tous avertis et bien prévenus par ce qui s’est passé et se passe encore au sein de notre Assemblée nationale durant cette législature. En conséquence, en peuple averti et responsable, il nous faudra tirer les leçons de tout ce passé afin de bien nous en servi, utilement, demain.

Au demeurant, nous devons particulièrement noter, une bonne fois pour toutes, qu’il n’est point indiqué d’envoyer n’importe qui, comme député, à l’Assemblée comme s’il s’agissait juste de remplir un panier de crabes et non d’une sélection rigoureuse de gens aptes, à tout point de vue, saints d’esprit avec des qualités intrinsèques et suffisamment responsables pour légiférer valablement. Disons qu’il est formellement déconseillé, dans les États où la démocratie est rigoureusement respectée, d’avoir une Assemblée nationale godillot, avec des députés comme les nôtres.

Assurément, au regard du travail sérieux attendu d’un député, celui-ci devrait bien répondre obligatoirement à un minimum de critères requis pour être un candidat à la députation. Ne serait-ce que, par exemple, la lourde responsabilité de voter des lois, l’on ne devrait pas, toute démagogie mise à part, confier une si lourde tâche à des gens qui savent à peine lire et écrire correctement. Il faut beaucoup plus pour avoir une Assemblée nationale de qualité et au moins compétente pour légiférer. Et, dire que des élus peuvent même être illettrés, c’est une pure démagogie politicienne inacceptable. Disons que c’est une farce de mauvais goût des pouvoirs en place pour disposer d’une Assemblée béni oui oui pour ne pas dire inculte. Osons espérer que dans les prochaines réformes des institutions de la République, l’on accordera, immanquablement, plus d’importance à l’Assemblée nationale et tout particulièrement à la fonction et la qualité du député du peuple. Naturellement, auparavant, la qualité du candidat à la députation doit être revue et corrigée de fond en comble. Oui, si nous voulons, véritablement, avoir une Assemblée nationale de rupture et de qualité capable de comprendre et de maîtriser la langue avec laquelle les textes sont écrits. Cette exigence capitale de rupture et de qualité est aussi valable pour les candidats à la présidence de la République.

A Présent, au Sénégal, les élections, toutes confondues, constituent une véritable traite pour certains politiciens. Ainsi, en lieu et place d’être des serviteurs du peuple, ils profitent de cette opportunité pour se servir et s’enrichir avec les siens. Par conséquent, une manipulation et interversion, c’est ce triste sort que certains politiciens véreux réservent au noble rôle de la politique dans une société. Pourtant, un rôle incontournable, si politique est entendue comme l’art de diriger la cité ou bien : « les actions prévues ou mises en œuvre par une institution, une organisation, un parti, un Etat, une entreprise, un individu… en vue d’atteindre un objectif préalablement fixé. »

Mandiaye Gaye

mandiaye15@gmail.cm

Le 20/12/2018

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de