Mouhamed Samb, SG du Cadre de concertation libérale accuse Sonko de délits d’initié

Mouhamed Samb avait battu le rappel des troupes en invitant ses partisans à une rencontre au cours de laquelle il a pris position à la veille de la présidentielle prévue le 24 février 2019.

Le secrétaire général du Cadre de Concertation Libérale a, d’emblée, réitéré sa position sur le parrainage : « lors des dernières législatives, on s’est retrouvé avec plus de 45 listes. Cela a conduit des citoyens à rester longtemps à remplir leur devoir citoyen ; de plus, l’Etat a dû débourser plus de 300 millions par candidat. Le parrainage existe dans de nombreux pays et celui qui ne peut pas réunir 0,1% de l’électorat ne peut pas prétendre diriger ce pays. »

Mouhamed Samb s’est également insurgé sur les déclarations de l’opposition regroupée en C25 : « il faut qu’ils sachent qu’ils sont en face d’un Etat organisé, donc leurs menaces doivent cesser car notre candidat, Macky Sall, a fini de faire le vide autour de lui au travers de ses réalisations. »

Parlant d’Ousmane Sonko, il dira : « il est coupable de délits d’initiés, c’est à lui de prouver son innocence.  La preuve, il n’a jamais démenti l’information qui a été largement diffusée. On lui rend la monnaie de sa pièce tout simplement. Il est sorti de nulle part et qu’il sache qu’il ne nous empêche pas de dormir. »

Evoquant l’inauguration du Ter, Mohamed Samb, précisera : « avant les travaux, il y a eu des concertations avec les populations concernées, des solutions seront trouvées sous peu et l’inauguration était prévue de longue date ; c’est le calendrier républicain qui est déroulé. Il n’y a donc pas de récupération politique ou de campagne déguisée. »

Enfin, Mouhamed Samb a demandé à l’opposition de respecter les règles du jeu et le jeu démocratique.

Ibou Diop

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de