Modiène Ndiaye, Coordonnateur National de la Coalition Hadjibou 2019 : « L’outil de vérification n’est ni certifié ni authentifié »

La Coalition Hadjibou 2019 n’en démord et garde toutes ses chances de prendre part à la présidentielle de février prochain. Des informations tendancieuses distillées un peu partout avaient jeté l’émoi chez les partisans de l’ancien président de la Commission de l’UEMOA, au point de le disqualifier avant l’heure. S’exprimant lors d’un point de presse convoqué par les cadres de la Coalition, Modiène Ndiaye, coordonnateur national de ladite coalition, a battu en brèche ces informations et assène que le principal problème concerne l’authentification et la certification de l’outil de vérification.

Revenant sur la supposée disqualification avant l’heure de leur champion, il a soutenu : « sur les termes, notre candidat n’a jamais été rejeté et c’est valable pour tous. Aucun candidat n’est rejeté, que ce soit Macky Sall, Idrissa Seck ou Hadjibou Soumaré. Personne n’est encore retenu à la présidentielle. Le Conseil Constitutionnel est une institution de la République qui statue et prend des décisions. Ce n’est qu’après avoir statué qu’on saura qui est candidat ou qui ne l’est pas. »

Et Modiène Ndiaye de donner rendez-vous aux uns et aux autres pour le 19 janvier, jour du délibéré. « Après ce dispositif, il y aura les recours pour les recalés et une fois que ceux-ci sont examinés, la décision est définitive ». Autrement dit, le Conseil Constitutionnel n’en est qu’au stade de la vérification.

Le coordonnateur national de la Coalition Hadjibou 2019 a poursuivi en arguant : « c’est la clé Usb qui est vérifiée alors que les fiches sont gardées ».

Modiène Ndiaye ajoutera : « les magistrats du Conseil Constitutionnel ne sont pas des informaticiens donc pas outillés pour savoir si l’outil de vérification est fiable ou pas. » Avant d’attaquer la Société Civile : « ils n’ont jamais fait de conférences de presse pour dénoncer ». Pour ensuite indiquer : « le processus nous amène vers un jugement, les pièces données et réclamées par la loi sont des pièces authentiques ».

Enfin, Modiène Ndiaye a alerté les partenaires techniques et financiers, le gouvernement, les partis politiques aux fins de faire un audit de cet outil par des experts assermentés.  Au total, il faut certifier et authentifier cet outil de vérification, pomme de discorde du premier test de la présidentielle. »

Ibou Diop

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de