Les vraies raisons de l’arrestation des trois proches de Barthélémy Dias

Arrêtés hier par la Division des investigations criminelles (Dic) et placés en garde à vue, Pape Konaré, Arona Sall et Habibou Mboup, tous proches du maire de la commune de Mermoz-Sacré-Cœur, sont poursuivis pour association de malfaiteurs, violences et voies de fait, vol, destructions de biens appartenant à une société publique.

Leur arrestation a vite été liée à la politique, à leur proximité avec le tonitruant maire de la commune de Mermoz-Sacré-Cœur, Barthélémy Dias. «Depuis quelques jours, on note une série d’arrestations et d’enlèvements de jeunes militants de l’opposition. Nous exigeons la libération sans condition des déportés et détenus politiques, et l’arrêt immédiat de ces pratiques mafieuses et honteuses dont les seuls ressorts sont la peur et la lâcheté du régime en place», se désolait Moussa Taye, conseiller politique de l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, juste après leur arrestation par la Division des investigations criminelles (Dic) hier matin.

En réalité, Pape Konaré qui se dit consultant en Management et en communication, domicilié à Sicap-Baobab, Arona Sall, qui s’est présenté comme un étudiant en 1ère année de Commerce à l’Institut professionnel de gestion (Ipg), domicilié à Sacré Cœur 2, et El Hadji Habibou Mboup, conseiller municipal à la commune de Mermoz-Sacré-Cœur, ont été arrêtés pour association de malfaiteurs, violences et voies de fait, vol, destructions de biens appartenant à une société publique. Cela fait suite à une enquête initiée par la Division des investigations criminelles, dans le cadre des actes de violences et de vandalisme commis régulièrement ces derniers jours dans la commune de Mermoz-Sacré-Cœur. D’après des sources policières, les trois individus sont les planificateurs et auteurs des actes de sabotage commis sur les bus de la société Dakar Dem Dikk, à la suite de la proclamation provisoire de la liste des candidats à la Présidentielle de février 2019, à l’occasion de deux manifestations improvisées par des partisans de Khalifa Sall, devant sa permanence sise à Sacré-Cœur et à hauteur de l’Ipg, dans le même quartier, le 15 courant.

Et suite à la plainte initiée par Dakar Dem Dikk à cet effet, un autre acte leur a été imputé. Toujours selon nos sources, dans la soirée du 19 janvier 2019, au cours d’un meeting de soutien au président de la République Macky Sall, organisé à Sacré-Cœur où était attendu le ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, ainsi que d’autres responsables politiques, des pétards ont été lancés depuis le pont de Sacré-Cœur par des individus non encore identifiés. Mais d’après des informations détenues par les enquêteurs, l’un des pétards jetés sur la foule et ayant occasionné des brûlures au sieur Abdoulaye Fofana, domicilié à Pikine, interné depuis lors à l’hôpital Principal de Dakar, est l’œuvre du sieur Arona Sall, alias Junior, lequel aurait utilisé un flash ball pour projeter l’objet incriminé à partir du pont de Sacré-Cœur, distant du lieu de la manifestation d’une cinquantaine de mètres.

Aussi, avant-hier lundi, le nommé M.J, agent de garde rapprochée, domicilié à Sicap-Baobab, a saisi la Dic d’une lettre-plainte formulée contre les nommés Pape Konaré Diaité, Arona Sall alias Junior et autres, pour coups et blessures volontaires, vol.

De son récit devant les enquêteurs, il ressort qu’à la date du lundi 21 janvier 2019, vers 18 heures, il a été victime d’agression et de vol de ses deux (02) téléphones portables ainsi que la somme de cinquante mille (50 000) FCfa. Non sans préciser que les faits se sont déroulés dans un parking sis sur la Voie de dégagement nord (Vdn), à quelques encablures du siège de Bokk Gis-Gis, au moment de la conférence de presse de l’opposition, regroupée dans le cadre du Collectif des 25 candidats. A l’en croire, les mis en cause l’ayant pris pour un espion de la coalition Benno bokk yakaar (Bby), l’ont molesté et dépossédé de ses biens.

Interpellés hier par la Dic, les mis en cause ont nié les faits, même s’ils sont présentement gardés à vue pour les faits visés en objet, après avis et accord du procureur de la République.

IGFM

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de