Ismaïla Madior Fall : « Je pars l’esprit tranquille »

Ismaila Madior Fall a passé le témoin à Me Malick Sall. Après avoir remercié l’ensemble des magistrats notamment les procureurs qui, dit-il, étaient ses interlocuteurs, l’ancien ministre de la Justice, devenu ministre d’Etat, a tenu un discours d’apaisement. « Je pars avec l’esprit tranquille et le cœur léger parce que j’ai conscience, qu’ensemble, nous avons pu poser une pierre à l’édification d’une justice digne de ce nom », a déclaré le professeur en droit constitutionnel non sans souligner, pour s’en réjouir, que beaucoup de choses ont été faites dans le domaine de la justice.

Toutefois, il reconnait que le ministère de la Justice est un secteur à la fois exaltant, difficile, délicat et sensible. Sur ce, il rappelle que ces deux dernières années ont été marquées par deux facteurs que sont une année préélectorale et une année électorale. « La justice est toujours critiquée en période électorale aussi loin qu’on remonte dans l’histoire de notre pays. En matière électorale, la justice est critiquée à tort ou à raison. Souvent c’est à tort. C’est après qu’on se rend compte que les critiques n’étaient fondées sur rien », a soutenu Fall. Avant d’ajouter : « quand les justiciables sont des citoyens ordinaires, ça ne pose pas de problème, mais quand les justiciables sont des politiques, il y a des critiques infondées qui sont articulées à l’endroit de la justice. Tout cela donne l’impression que la justice a des problèmes ou qu’il y a un désordre dans la justice. Mais, je vous rassure, il n’en est absolument rien. La justice sénégalaise est un des secteurs les plus ordonnés du Sénégal ».

« Il n’y a pas de désordre dans la justice sénégalaise »

A l’en croire, comme dans tous les secteurs, la justice a des problèmes. Cependant, estime-t-il, il faut juste les identifier. Et rassure-t-il, c’est ce qu’il a essayé de faire pour y trouver des solutions. Ce, même s’il reconnait qu’il y a des insuffisances et des limites. Non sans regretter l’ambiance de travail dans laquelle il évoluait.

A son successeur, il lui conseille de collaborer quotidiennement pour réussir la mission qui lui est confiée. « Je n’épargnerai aucun effort pour réussir la mission qui m’a été confiée », a rétorqué Me Malick Sall, installé fraichement dans ses nouvelles fonctions de Garde des Sceaux. Qui compte sur la disponibilité de ses collaborateurs et leur engagement pour améliorer la justice.
Dans le même sillage, il promet de poursuivre les multiples chantiers déjà entamés par son prédécesseur. « Il y a des manquements qui sont pour l’essentiel les conditions de travail du personnel. Je connais les salles d’audience et les bureaux des juges. Je connais les conditions particulièrement difficiles dans lesquelles le personnel de la justice travaille. Je vais m’inscrire dans la continuité. Je vais faire en sorte pour que tous les projets soient menés à terme. Je ferai de mon mieux pour améliorer les conditions de travail du personnel de la justice. Je suis convaincu, qu’ensemble, nous pourrons faire un excellent travail », souligne le nouveau ministre de la Justice.

Emedia

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de