Espagne : le Real Madrid champion !

Grâce à son succès sur Villarreal (2-1) et un doublé de Karim Benzema, lors de la 37e et pénultième journée du Championnat d’Espagne, le Real Madrid est sacré pour la 34e fois de son histoire. C’est le 2e titre pour son entraîneur, Zinédine Zidane, après celui de 2017.

C’est naturellement dans une atmosphère feutrée, au stade Alfredo Di Stefano à huis clos en raison de la pandémie du Covid-19, que le Real Madrid a été sacré champion d’Espagne, grâce à son succès sur Villarreal (2-1), pour le compte de la 37e et pénultième journée.

Le contexte particulier de ce 34e titre n’a néanmoins pas empêché les Merengue d’exulter au coup de sifflet final, au coeur de leur centre d’entraînement, heureux d’avoir fini par prendre le meilleur sur le FC Barcelone. Deuxièmes à deux points des Catalans, à l’issue du 27e acte et l’arrêt de la compétition, ils ont réalisé un sans-faute depuis la reprise, avec dix victoires d’affilée. Imparable.

Benzema encore buteur

Face au Sous-Marin Jaune, ayant bien du mal à remonter jusqu’à la surface adverse, les joueurs de Zinédine Zidane, qui avait titularisé à la gauche de son attaque Eden Hazard, de retour de blessure (cheville), et à droite le jeune Brésilien Rodrygo (plutôt que Vinicius), ont pu, une nouvelle fois compter sur Karim Benzema.

L’attaquant français a d’abord concrétisé une domination insolente, mais pas si percutante, en inscrivant son 20e but en Liga, profitant du décalage de Luka Modric dans la surface pour ajuster Sergio Asenjo, entre les jambes (29e).

Très libre de ses mouvements, l’international croate s’était préalablement essayé de loin (16e). Mais c’est bien Benzema qui se montrait le plus dangereux avant la pause, avec une reprise écrasée (7e) et une volée du gauche, trop croisée (15e).

Le curieux penalty de Ramos

La seconde période, sans grande passion ni rythme, n’a jamais pu relancer le suspense dans le haut de cette Liga. La meilleure défense (23 buts encaissés), notamment composée des Français Ferland Mendy (à gauche) et de Raphaël Varane (dans l’axe), n’a laissé que très peu d’espaces aux coéquipiers de l’ex-Marseillais, Zambo Anguissa.

Et, sur une interception énergique au milieu du terrain, Sergio Ramos est allé obtenir un penalty que le capitaine a tiré pour… Benzema. L’ancien Lyonnais a marqué, vu son but refusé pour être entré précipitamment dans la surface, mais il s’est rattrapé tout seul, d’un tir croisé (77e), pour son 4e doublé, cette saison.

Une frappe sur la barre de Toni Kroos plus tard (81e), c’est Villarreal qui a réduit le score, grâce au puissant coup de tête de Vicente Iborra, qui a lobé Thibaut Courtois (83e). Puis le gardien belge a dû sortir deux gros arrêts dans le temps additionnel (90e + 3). Une réaction bien trop tardive pour contrecarrer un sacre, d’autant que, dans le même temps, le Barça a été battu par Osasuna, au Camp Nou (1-2).

Après deux saisons inabouties au plan national (3e en 2018 et 2019), le Real est donc de nouveau roi d’Espagne, la dernière fois déjà sous les ordres de Zidane (2017), champion comme joueur, aussi, avec les Merengue (2003). Une conclusion si belle qu’elle aurait mérité la Fontaine de Cybèle, traditionnel lieu de liesse madrilène, les soirs de grandes victoires.

Mais les précautions sanitaires ne l’autorisent pas. Il serait étonnant, néanmoins, que la fête ne s’empare pas de la capitale espagnole en cette chaude nuit estivale. En attendant que la Déesse soit peut-être vénérée, comme il se doit, dans quelques semaines, en Ligue des champions…

Source : Lequipe.fr

Share this:

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *