Affaire des 94 milliards : Ousmane Sonko annonce une plainte contre la commission d’enquête parlementaire

Ousmane Sonko apporte la réplique à la Commission d’enquête parlementaire de l’Assemblée nationale qui a blanchi Mamour Diallo dans l’affaire des 94 milliards de francs CFA relative au titre foncier 1451/R. Face à la presse, ce vendredi 2 juillet 2019, à son siège Ousmane Sonko a qualifié les membres de la commission d’enquête parlementaire de complices de Mamour Diallo pour détournements de deniers publics. « Les membres de cette commission avaient deux objectifs à savoir absoudre Mamour Diallo et ternir l’image de Ousmane Sonko », a déclaré le leader de Pastef. Qui annonce qu’il va trainer en justice tous les membres de cette commission parlementaire pour divulgation de secrets de l’enquête. « Ils n’ont pas le droit de communiquer sur les résultats de l’enquête. Nous les poursuivrons tous pour violation de secret de l’instruction. Ils sont trop petits pour m’intimider », annonce-t-il.

« J’ai une dizaine de dossiers scandaleux qui inculpent Mamour Diallo »

Poursuivant son propos, il déclare haut et fort qu’il maintient ses accusations de fraude fiscale, faux et usage de faux et concussion dans ce dossier de 94 milliards de francs CFA. A l’en croire, la procédure utilisée par Mamour Diallo avec la complicité de certains hommes d’Etat est assise sur du faux. « C’est un crime financier qu’il a commis. Je maintiens que la moitié de la somme est déjà décaissée et si la justice me convoque je leur communiquerai le compte bancaire dans lequel l’argent a transité. Si la Justice ne le fait pas, je distribuerai dans les prochains jours les documents à la presse. J’ai une dizaine de dossiers scandaleux qui inculpent Mamour Diallo », révèle Sonko.

« Je vais saisir le doyen des juges avec constitution de partie civile »

Dans le même sillage, Ousmane Sonko a fait savoir qu’il ne va plus saisir le procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye qu’il considère comme un militant de « l’Alliance pour la république ». Ainsi, il a annoncé la saisine du Doyen des juges avec constitution de partie civile pour que la vérité éclate dans cette affaire. « Je ne vais plus saisir le procureur de la République parce que nous l’avons déjà fait et, cela n’a abouti à rien. Nous ne lui faisons plus confiance. Nous allons saisir directement le Doyen des juges pour l’ouverture d’une information judiciaire. Nous avons déjà commis un pool d’avocats pour assurer notre défense », a annoncé le leader de Pastef. Qui n’a pas manqué de demander au président de la République de revenir à raison et de rectifier ses erreurs pendant qu’il est temps. « Macky Sall ne peut négocier qu’avec les condamnés. Il ne traite qu’avec des gens qui ont maille à partir avec la justice comme Franck Timis. Nous lui demandons de revenir à la raison parce que le pouvoir n’est pas éternel », prévient-il.

Avant de clore son propos, Ousmane Sonko a réitéré son soutien à l’activiste Guy Marius Sagna , en détention provisoire à la maison d’arrêt de Rebeuss avant de demander aux populations de sortir massivement prendre part à la manifestation de « Aar Li Nu Book » prévue ce vendredi 2 juillet 2019 à 15h.

Emedia

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de